Les medias “Ivoiriens” aux USA: Quel soutien de nos autorités et quel avenir ?

04 aout 2013

africatvusa.net
Les conditions pénibles de travail et la galère auxquelles font face les médias ivoiriens aux Etats Unis comme Abidjantv, Africatvusa.net, Ivoirtv.net, Jacquesrogers, pour ne citer que ceux-là, doivent interpeller chacun de nous, la communauté ivoirienne , nos autorités diplomatiques à une reflection et se poser des interrogations sur l’avenir de ces médias. La reconnaissance pour leur inlassable effort à servir, éduquer informer durant des années la communauté ne doit pas être ignorée. Leur trouver les moyens, les outils de travail appropriés pour leur permettre de s’épanouir de travailler dans les conditions adéquates et idoines pour mieux servir la société, est un droit inaliénable et fondamental .

Mais ces médias au service de la communauté vivent ils de leur métier? Sont- ils des laissés pour compte? Quelle est la contribution des ambassades? Autant d’interrogations auxquelles nous allons essayer de repondre avec des examples pour corroborer nos points de vue.

Le premier constat amer qu’on fait, c’est qu’aucun de ces producteurs et Journalistes ne vit de son metier malgré le nombre d’années qu’on leur connait au service de la communauté.. Contrairement aux Espagnoles, Chinois et autres immigrants, ces medias africains ne ne font pas leur travail en plein temps. Ils sont obligés de faire d’autres activités generatrices de revenue pour joindre les deux bouts , aller ("djossi") travailler pour payer leur (bill) facture.. Alors qu’au déla du simple fait de la passion, ces hommes de médias veulent croire à un avenir dans ce métier et y réussir. Le silence, l’indifferrence coupable de la communauté ivoirienne et des autorités de l’Ambassade est plausible..

Ces chaînes de télé et radios dont il s’agit, ne passent jamais inapercues, elles ont toujours brillé de leur presence a toutes les activites quelques soit l’importance ,contribuant ainsi à l’epanouissement des peuples et de leur cultures. Le plus souvent au frais de leur deplacement et même dans certains états les plus éloignes de leurs lieux de residence. Ivoirtv qui fait des directs dans leur studio ou dans des salles a à son actif une équipe de sept personnes au moins, sans oublier leur correspondants a Abidjan..

Des soirées de Gala aux receptions de personnalités ivoiriennes, ces hommes de medias travaillent gratuitement sans salaire au nom d’un patriotisme qu’on leur voue. La plûpart des soirées communautaires mediatisées ne sont pas rémunérées alors que les organisateurs s’en font plein les poches, même le minimum n’est pas assuré.Chaque organisateur devrait en fin de soirée motiver les medias par recompense, générosité et par bon sens. Mais on le dit souvent: "l’africain aime la gratuité".

Pendant la crise et la crise post electorale en Côte d’Ivoire , les medias de la diaspora ont joué un rôle important dans la diffusion de l’information ; qui à coup sûr , a eu un impact certain sur les prises de décision. Ils ont couvert des meetings et marches dans le froid et la chaleur. Ainsi des milliers de personnes, de policitiens et d’associations de droits de l’hommes ont vu des manifestations de soutien aux femmes d’abobo ou à Gbagbo Laurent (pour citer que ces deux examples) diffusées sur des sites à travers le monde..

Mais quelle recompense pour ces medias apres ces années de labeur, ne serait que symbolique . L’arrivée du Président Alassane Ouattara plus de deux fois et d’autres officiels ont permis de comprendre que nos autorités ont très peu d’égard pour nous les medias!!!.

La première visite de Alassane en 2011 à l’hotel Wardof dont les preparatifs au domicile de l’Ambassadeur ont duré un mois . Ces differences rencontres chez l’Ambassadeur à New York étaient mediatisés et publiées gratuitement sur les nets. La commission media avait proposé de faire un direct (live) sur la RTI à partir médias locaux Elle a proposé une facture de dix milles dollars à l’Ambassade qui a été simplement réjétée parce qu’ils ont trouvé que c’était trop pour nous . Contre toute attente, ils ont payé la somme de 50.000$ à l’hotel Wardof pour un service à moindres qualité et retombées médiatiques, puisque l’hotel n’avait qu’une seule camera et ne pouvait pas faire de direct. .

Le séjour de la deuxième visite du président à la même année à Washington a été filmé par un américain. Il aurait été payé à 5000$ cash pour quelques heures de travail seulement. A la même occasion à New York Lucien Pouamon refusait de payer 1500$ pour 3 jours de travail à un Ivoirien . Pour filmer les visites de l’honorable Soro Guillaume a New York, on a proposé que la pauvre somme de $250.00 à Lucien kouassi d’Ivoirtv.net, le demarcheur sans se soucier du prestataire a defendu Soro Guillaume de n’avoir pas de cash avec lui, comme s’il avait regardé dans son sac. Est ce un complexe ou un manque de bonne foi?.

Les images videos du séjour de la deuxième personalité du pays Soro guillaume ont été filmées sur un iPad parce que cette fois ci , les médias ont exprimé leur ras-de-bol ,refusant de recevoir Soro Guillaume.Mais cette marque de solidarité et cet appel lancé au sabotage n’a rien changé dans leur comportement..

Les medias autour d’une Union.

Il est opportun et vital que si les médias veulent se faire respecter et être forts aux yeux des autorités, c’est de s’organiser autour d’une Union comme dans tous les pays dévéloppés . L’histoire des hommes a toujours demontré que c’est dans l’union qu’on a toujours gagné. Ce refrain de musique a été mille et une fois joué à tous les concerts mais la volonte d’accorder les notes a toujours fait defaut. L’égoisme, la course à l’exclusivité des images ne doivent pas être notre priorité, nous devrons rêver d’un bel avenir plus prospère, alors travailler ensemble quelque soit nos differences, nos differentes visions de traiter les informations, c’est alors autour de cette union que nous definirons nos exigences pour faire de nous des medias forts et respectés,.

karim Tosh
Cote d\'ivoire