Côte dIvoire : lopposition dénonce un passage en force du pouvoir concernant la question électorale

16 octobre 2014

xinhua
La porte-parole de lAlliance des forces démocratique de Côte dIvoire (coalition de lopposition), Danièle Boni Claverie, a dénoncé mercredi à Abidjan un "passage en force" du gouvernement concernant la question liée à la commission électorale.

"Nous avons sollicité le gouvernement de pouvoir nous asseoir autour dune table pour discuter mais cela semble ne pas avoir été retenu et nous le regrettons", a déclaré Mme Boni Claverie qui se confiait à la presse à lissue dune rencontre.

Pour celle-ci, le récent projet de loi portant élargissement du bureau de la Commission électorale indépendante (CEI) marque une nouvelle volonté du gouvernement de passer en force.

"Pour nous, la question fondamentale cest daffirmer lindépendance de linstitution en charge dorganiser les élections", a précisé la porte-parole de lopposition.

Lopposition proche de lex-président Laurent Gbagbo avait décidé de suspendre la participation de ses représentants aux travaux de la CEI après la reconduction le 5 septembre dernier de Youssouf Bakayoko à la tête de linstitution en charge des élections en Côte dIvoire.

Début octobre, celle-ci sest toutefois dite prête à reprendre le dialogue avec le pouvoir pour trouver un terrain dentente. Après lopposition, le pouvoir a aussi manifesté sa volonté de "mettre de leau dans son vin" en adoptant lors dun conseil des ministres extraordinaire un projet de loi modifiant la composition du bureau de la CEI qui passe de six à neuf membres.

Selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, la décision de modification prise "au regard du contexte politique actuel" visait à "ramener lopposition à la table de discussion".

"Le chef de lEtat a décidé de faire un effort supplémentaire pour intégrer lopposition à cette CEI dans un souci de consolidation de la paix et de renforcement de la démocratie", avait noté M. Koné, relevant que le gouvernement na jamais fermé la porte du dialogue.

"Nous avons toujours tendu la main à nos frères de lopposition et nous continuons de leur tendre la main. Cest ensemble que nous, citoyens de ce pays, allons œuvrer à sa reconstruction et à la réconciliation", avait souligné le porte-parole du gouvernement.

Pour plusieurs observateurs, le gouvernement et lopposition doivent agir dans le sens de la pacification des prochaines élections afin de fermer totalement la parenthèse douloureuse de la crise de 2010 et 2011.
Cote d\'ivoire