Nigeria : refus de combattre Boko Haram, 59 soldats jugés

16 octobre 2014

abubakar diallo
Cinquante-neuf soldats nigérians, accusés d’avoir refusé de combattre Boko Haram, ont comparu, ce mercredi, devant un tribunal militaire d’Abuja.

Ils ont été cinquante-neuf soldats nigérians, accusés d’avoir refusé de combattre les islamistes armés de Boko Haram, à avoir comparu, ce mercredi, devant un tribunal militaire d’Abuja. Les militaires sont en outre accusés de mutinerie. Membres du 111e bataillon des forces spéciales, les soldats ont plaidé non coupable devant cette cour martiale.

En plus d’être poursuivis pour avoir refusé de se déployer, le 4 août dernier, pour tenter de reprendre à Boko Haram plusieurs villes de l’état de Borno, ces militaires nigériens sont accusés de « conspiration en vue d’une mutinerie contre les autorités de la 7e division ». La 7e division étant l’unité qui est en première ligne contre l’insurrection de la secte islamiste Boko Haram.

Ce n’est pas la première fois que l’armée nigériane est confrontée à ce genre de situation. Déjà en septembre dernier, 12 soldats nigérians avaient été condamnés à mort pour mutinerie, après des tirs contre leur officier à Maiduguri, fief du groupe Boko Haram. Et le 2 octobre dernier, 97 militaires engagés dans des opérations contre Boko Haram avaient comparu à Abuja devant un tribunal militaire. Ils étaient aussi accusés de mutinerie.

Il faut souligner que l’armée nigériane a montré ses limites face à la secte islamiste. En ce sens qu’elle est souvent malmenée par Boko Haram et les soldats, déplorant leur manque de moyens, n’hésitent pas à prendre leurs jambes à leur coup pour tenter de sauver leur peau.
nigeria